Blog de ClicFacture

Ici on parle de facturation pour les entreprises...

freelance mutuelleQu’ils soient en EURL, SASU, ou auto-entreprise, les travailleurs non-salariés (TNS) disposent de contrats d’assurance santé dédiés. Ils leur permettent d’obtenir une couverture santé d’un rapport qualité-prix attractif, qui compense l’absence de mutuelle collective. Il n’est toutefois pas évident de sélectionner la formule et les garanties idoines. Vous êtes freelance et souhaitez en savoir plus sur les complémentaires ? Vous êtes sur la bonne page !

 

 

Assurance santé : faire le point sur ses besoins santé et calculer son budget

À l’inverse des salariés, les indépendants ne disposent pas de la mutuelle collective prise à 50 % en charge par l’employeur. Sélectionner une bonne complémentaire peut leur éviter de gros désagréments, en cas de pépins. La première étape à suivre pour bien la choisir consiste à déterminer ses besoins et calculer son budget.

Faire un point sur ses dépenses santé

Les freelances sont réputés comme étant moins soucieux de leur santé que ne peuvent l’être les salariés. Cela ne signifie pas qu’ils n’ont pas de besoins. Sélectionner la meilleure mutuelle revient à choisir celle qui s’adapte le mieux à ses exigences.

Il paraît donc essentiel d’analyser ses habitudes santé, pour faire le bon choix. Chaque foyer a des nécessités différentes. Étudier ses honoraires et restes à charge peut permettre de réunir des données pertinentes sur lesquelles se baser. Les dépenses les plus importantes doivent être remboursées par le contrat de complémentaire santé.

Anticiper les imprévus et calculer son budget

Il convient aussi d’anticiper les éventuels pépins que l’on peut connaître. Un séjour à l’hôpital peut générer des frais importants (et souvent sous-estimés). Il est recommandé de s’équiper d’un contrat prévoyant une prise en charge d’au moins 150 % BR (de la base de remboursement) sur l’hospitalisation, voire 200 % BR si le budget le permet.

L’enveloppe à allouer dépend de l’échéance que l’on est disposé à payer et des économies que la formule pourrait engendrer. Il est conseillé de comparer les contrats de plusieurs compagnies, pour sélectionner celui qui présente le meilleur rapport qualité prix.

TNS : quelles garanties faut-il choisir ? Attention aux détails !

Le choix du meilleur contrat ne revient pas à sélectionner une mutuelle couvrante dans tous les domaines. Il correspond plutôt à l’idée de choisir la formule la moins chère adaptée à sa situation.

Comprendre le fonctionnement des remboursements santé

Les prises en charge relayées par les tableaux des garanties des mutuelles s’expriment souvent en pourcentages. Ils ne sont pas basés sur la dépense de l’assuré, mais sur le tarif de référence du soin qui est fixé par l’assurance maladie. Par exemple, une consultation de 40 € associée à un tarif de référence de 25 € et une prise en charge à 100 % BR, implique un remboursement par la sécurité sociale de 17,50 € et par l’assurance santé de 7,50 € (pour atteindre 100 % des 25 €).

Confronter ses besoins aux tableaux des mutuelles

Le choix de la meilleure assurance santé implique la confrontation entre ses besoins et les tableaux de garanties. Le recours comparateur en ligne performant peut se révéler très avantageux.

Être attentifs aux détails des contrats

Les tableaux de garanties contiennent de nombreuses informations. Il est recommandé de toutes les lire, et en particulier l’intégralité des conditions générales. Elles peuvent préciser des exclusions de garanties, des délais de carence, ou encore des plafonds de remboursement. La plupart des contrats prévoient des assistances (garde d’enfants, aide à domicile, soutien scolaire …) qui peuvent faire la différence.

Indépendants : les avantages de la loi Madelin

La loi Madelin a été créée afin d’inciter les indépendants à souscrire des mutuelles. Elle permet de déduire les cotisations versées des impôts, dans la limite de certains plafonds. Elle s’adresse aux entreprises individuelles, exploitants individuels, professions libérales, gérants non salariés des sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés, ou encore à leurs conjoints collaborateurs. A contrario, les auto-entrepreneurs et les travailleurs non-salariés agricoles peuvent y adhérer, mais sans pouvoir bénéficier des avantages fiscaux.

Les freelances aux ressources modestes peuvent se tourner vers la complémentaire santé solidaire. Elle remplace la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS).

complémentaire santé freelance